Fiche pratique: La Communication Non Violente (CNV)đŸ€

Ici, nous allons dĂ©couvrir l’univers enchantĂ© de la Communication Non Violente (CNV), oĂč Les mots sont des fenĂȘtres, selon M. Rosenberg, permettant un outil puissant pour amĂ©liorer la qualitĂ© des interactions interpersonnelles. Adopter la CNV, c’est s’Ă©quiper d’une mĂ©thode de communication (OSBD) qui favorise la comprĂ©hension mutuelle et la rĂ©solution constructive des conflits.

Plongeons dans les principes fondamentaux de la CNV pour des relations plus harmonieuses 🌟

1. O comme Observation : Observer sans juger 🧐

La premiĂšre Ă©tape de la CNV consiste Ă  observer les faits de maniĂšre neutre et factuelle. Évitez les interprĂ©tations et jugements hĂątifs et prĂ©fĂ©rez une approche objective. C’est un exercice d’impartialitĂ© qui demande une attention particuliĂšre Ă  la rĂ©alitĂ© telle qu’elle est, dĂ©nuĂ©e d’interprĂ©tations subjectives.

Une bonne façon de reconnaĂźtre une observation (d’une interprĂ©tation, d’une opinion etc…) est le fait que la mĂȘme observation peut ĂȘtre faite par votre interlocuteur (ex: il est midi). Cela est d’ailleurs l’objectif recherchĂ© (crĂ©er un terrain d’entente commun, le « common ground », Ă  partir duquel les 2 interlocuteurs vont pouvoir Ă©changer).

2. S comme Sentiment : Exprimer ce qu’on ressent… En employant « je » 🎭

L’expression des Ă©motions et des sentiments est souvent nĂ©gligĂ©e. Pourtant, les reconnaĂźtre et partager crĂ©e une atmosphĂšre de transparence et de comprĂ©hension.

Cela implique une rĂ©elle prise de conscience de ses propres Ă©tats Ă©motionnels dans un premier temps. Puis de les formuler de façon assertive en parlant de soi (en utilisant « Je »). Exemple: plutĂŽt que de dire « tu m’Ă©nerves », dire « JE me sens frustré ».

Que ce soit la satisfaction aprÚs un projet réussi ou la frustration face à un difficulté, communiquer ses ressentis avec clarté et précision permet une compréhension mutuelle plus « profonde ».

3. B comme Besoins : Formuler ses besoins đŸ—Łïž

Il est indispensable d’identifier ses besoins et de les partager de façon constructive. Pour cela, trouver une façon avec laquelle vous ĂȘtes Ă  l’aise pour les exprimer est Ă©galement important. Par exemple, « il est important pour moi qu’on … », « j’aurai besoin qu’on travaille de façon collaborative, car c’est important pour moi qu’on Ă©change nos points de vue sur… ».

Qu’il s’agisse de besoin de soutien, de respect, ou d’autonomie, exprimer vos besoins permet Ă  vous et l’autre de les connaĂźtre et de trouver des solutions qui vont rĂ©pondre aux besoins des 2 interlocuteurs.

4. D comme Demande : Faire des demandes claires 🙏

L’art de formuler des demandes ouvrent des portes, plutĂŽt que de les claquer. Soyez prĂ©cis, bienveillant et prĂȘt Ă  nĂ©gocier (voire Ă  entendre un refus). Lorsque votre demande est posĂ©e avec clartĂ© et respect, vous augmentez vos chances d’obtenir un « oui ». Par exemple, « la prochaine fois, pourrions-nous faire un point ensemble pour s’aligner sur les messages, avant la rĂ©union ? ».

Une demande bien formulée crée un terrain propice à la collaboration et à la résolution de problÚmes.

Adopter l’approche de la CNV dans ses relations, c’est promouvoir une communication assertive et efficace, axĂ©e sur la comprĂ©hension mutuelle des ressentis et des besoins de chacun, et favorise ainsi la rĂ©solution de problĂšmes de façon collaborative, et permet ainsi des relations humaines plus harmonieuses.

Bonne expérimentation !

Photo: Nappy: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/photo-d-hommes-ayant-une-conversation-935949/

(Visited 2 times, 1 visits today)