Comment préserver son temps pour ce qui est important ? 4 questions à se poser

Dans un monde où tout va vite et change en permanence, nous recevons une multitude d’informations… Que faire pour préserver son temps pour en consacrer à nos sujets importants ? Ce thème est d’autant plus critique à aborder, car avec le temps, il est probable que que le nombre d’interactions, d’activités, de responsabilités… augmente.

Pour prendre soin de soi et garder sa lucidité et son temps pour adresser les sujets clés pour soi, voici un webinaire que j’ai trouvé intéressant à partager. Il s’agit d’un entretien de Dorie Clarck (pour les lecteurs de HBR ou Forbes, vous avez peut-être déjà lu ses articles).

Organisé par l’Institute of Coaching, je trouve les conseils de Dorie utiles à la fois intéressants à considérer pour les coachs mais aussi pour un manager, un VP, un GM dans un cadre professionnel, ou encore pour une personne en tant que « personne avec toutes ses casquettes » (parent, enfant, professionnel, ami…). Environ 30 min que j’ai apprécié pour 1/ le franc-parler de l’oratrice, 2/ des notions intéressantes pour se questionner, et 3/ je la trouve assez drôle… 🙂

Pour le lien vers le webinaire (en anglais), c’est par ici : CoachX Conversations: Dorie Clark on Playing the Long Game

Parmi les points que j’ai trouvés intéressants : 4 questions pour évaluer une demande avant d’accepter (ou non) :  

1. What is the total cost ? Quel est le coût total ?

Il s’agit du temps et/ou des coûts effectifs (ex: temps de la présentation elle-même s’il s’agit de faire une présentation – mais aussi de la préparation, de la relecture, etc…). Voilà comment une présentation de « juste 1 heure » peut devenir un petit projet de 4 ou 5 heures…

2. What is the physical and emotional cost ? Quel est le coût physique et émotionnel ?

Exemple: si je pars en déplacement une semaine, je prends l’avion le dimanche soir, je renonce à un dîner en famille, la « gestion » de la logistique et de la famille va incomber à mon conjoint/ma conjointe, je loupe ma séance de sport de mardi soir, je rate le dîner organisé par un ancien collègue, etc…

3. What is the opportunity cost ? Quel est le coût d’opportunité ?

Je trouve que c’est une question qu’on ne se pose pas beaucoup en entreprise, alors que c’est une question que je retrouve plus souvent chez des investisseurs. Personnellement, je trouve qu’elle devrait être posée aussi bien en entreprise que pour soi.

En effet, en m’investissant (temps, argent, énergie, émotions…) sur un projet, j’immobilise mes ressources. Plutôt que de me demander « est-ce que je dois dire oui ou non à cette demande ? », « reframer » (en franglish), envisager la mobilisation de ses ressources dans une perspective plus large donnerait quelque chose comme « au lieu de mobiliser mes ressources / ma vie sur cette demande, qu’est ce que je peux faire d’autres à la place ? »

4. How will I feel in about a year ? Comment est-ce que je me sentirai dans un an ?

Est-ce que j’aurai un regret d’avoir dit oui ou non à cette demande ? Ou bien je ne m’en souviendrai même plus ?

Personnellement, je trouve cette questions plus difficile car elle peut soulever aussi la « non-clarté » ou la « non-connaissance » de nos critères de choix et des conséquences à court ou plus long terme liées à notre décision, alors qu’il y a une part d’inconnu au moment de la prise de décision.

Pour finir, quelques informations et suggestions (dont certaines sont partagées dans le webinaire) :

  • Se demander « Quelle est MA priorité numéro 1 aujourd’hui ? »: Qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui qui me bénéficiera dans 6 mois et me fera remercier le « moi que j’étais il y a 6 mois » ?
  • S’accorder 1 minute d’introspection par jour (David Peterson) : « Qu’est-ce que j’ai appris aujourd’hui ?« . Mais aussi : « Qu’est-ce que j’ai réussi ? Qu’est-ce que je ferai différemment dans le futur ? Qu’est-ce que j’ai fait qui m’ai fait avancer, même d’un petit pas ? »
  • Garder une certaine légèreté dans le cheminement et la durée, car les changements et atteindre ses objectifs peut prendre du temps (avec des imprévus ou distractions en cours de route).
  • S’entourer d’un coach / sparring partner va vous aider à « hold yourself accountable », c’est-à-dire vous aider à tenir vos engagements (vous envers vous) dans la durée et de vous rendre compte de vos progrès et des points d’ajustement à réaliser en cours de route (il s’agit par exemple d’un point de 30min toutes les semaines ou toutes les 2 semaines).

Un commentaire ? Une question ? N’hésitez pas à prendre contact avec moi,

A bientôt !

Photo de Polina Zimmerman: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/notes-autocollantes-a-bord-3782235/

(Visited 15 times, 1 visits today)